L’insuffisance rénale aiguë

Aux professionnels de la santé œuvrant dans le domaine de la néphrologie se sont joints, au cours des dernières années, d’autres collègues médicaux reconnaissant, eux aussi, non seulement l’urgence de sensibiliser davantage les médecins et le personnel hospitalier à l’insuffisance rénale aiguë (IRA), mais aussi le besoin de mettre sur pied, à l’intention du grand public, une campagne de sensibilisation qui pourrait démystifier cette affection dangereuse et permettre d’en reconnaître plus facilement les signes, comme l’ont fait les campagnes menées au sujet des crises cardiaques ou des accidents vasculaires cérébraux.

Dans les pays développés, on observe souvent des cas d’IRA dans les établissements hospitaliers : d’après des données américaines, on estime que de 5 à 10 % des patients en phase critique (les patients dans une unité de soins intensifs) connaissent un épisode d’IRA au cours de leur hospitalisation et que l’apparition de l’IRA a un impact négatif majeur sur le pronostic de toute affection. C’est pourquoi il est indispensable de sensibiliser davantage les médecins et les autres professionnels de la santé à l’IRA. Il existe en outre d’importantes occasions de prévention à ne pas négliger, notamment en ce qui concerne la gestion des médicaments d’ordonnance prescrits aux personnes âgées.

L’IRA ne reçoit pas toute l’attention voulue dans les programmes de formation clinique et est souvent négligée dans les programmes de sensibilisation du public et dans les programmes de recherche. Les conséquences? Des occasions ratées d’atténuer les risques, des diagnostics posés en retard ainsi qu’une mauvaise gestion des séjours à l’hôpital et des hospitalisations prolongées contribuant à la hausse vertigineuse des coûts des soins de santé.

L’IRA est particulièrement présente dans les pays développés ; les enfants et les jeunes adultes y sont tout spécialement vulnérables, car elle se produit souvent à la suite d’une gastro-entérite, d’une intoxication, d’une malaria ou d’autres maladies infectieuses. Les victimes de lésions par écrasement lors de désastres naturels, comme un tremblement de terre, sont souvent emportés par l’IRA. On peut éviter bien des cas d’IRA tout simplement en sensibilisant la communauté et les professionnels de la santé locaux et régionaux à la prévention de cette maladie et aux signes avant-coureurs nécessitant une attention immédiate.


Adapté de World Kidney Day 2013, "Acute Kidney Injury" [en ligne] disponible à : http://www.worldkidneyday.org/page/acute-kidney-injury

 

 

Division du Québec - 2300, boul. René Lévesque ouest, Montréal, QC H3H 2R5 - Tél. : (514) 938-4515 / 1-800-565-4515 au Québec
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance : 107567398RR0001