Dépistage précoce et prévention

Au tout début de la maladie rénale, il n’y a pratiquement pas de signes précurseurs ni de symptômes apparents. Dans certains cas, il est difficile de détecter le moindre indice alors que les reins sont déjà gravement atteints. Deux tests sont particulièrement utilisés pour déceler une défaillance des reins et déterminer si vos reins peuvent éliminer les toxines et les déchets de votre sang efficacement.

Analyse de sang
L’analyse de sang permet de mesurer votre taux de créatinine sérique, qui aide à déterminer si les reins filtrent le sang adéquatement. La créatinine est un déchet produit par l’activité musculaire et la dégradation des protéines que vous consommez. Le taux de créatinine augmente lorsque la fonction rénale se détériore. Une détérioration de la fonction rénale signifie que les reins ne peuvent pas éliminer les toxines et les déchets de votre sang aussi bien que ceux d’une personne ayant une fonction rénale normale.

La fonction rénale estimée (ou pourcentage de la fonction rénale) est appelée débit de filtration glomérulaire (DFG) ou débit de filtration glomérulaire estimé (DFGe). Les glomérules sont de très petits vaisseaux sanguins dans les reins qui aident à filtrer les déchets. Le DFG est une façon de mesurer le fonctionnement des reins en déterminant la vitesse (débit) avec laquelle les glomérules filtrent les déchets de votre sang. Le DFGe est la façon la plus courante de mesurer la fonction rénale en clinique.

Analyse d’urine
De simples analyses de laboratoire sont aussi utiles pour détecter des dommages aux reins à un stade précoce et déterminer le risque d’une dégradation plus grande de la fonction rénale. L’une d’entre elles est l’analyse d’urine (au moyen d’une bandelette réactive), qui permet de déceler la présence de sang et d’une protéine appelée albumine dans l’urine. Normalement, les filtres des reins (glomérules) ne laissent pas passer cette protéine dans l’urine. La présence d’albumine dans l’urine est un signe que les filtres des reins sont endommagés. Plus la quantité d’albumine présente dans l’urine est élevée, plus la fonction rénale risque de se détériorer avec le temps. D’autres analyses de sang, ainsi que des radiographies, une échographie ou une biopsie des reins, pourraient être nécessaires pour diagnostiquer le type exact de maladie rénale et déterminer le traitement qui convient.

Mesures additionnelles pour aider à prévenir la maladie rénale

  • Faites vérifier votre pression sanguine régulièrement. L'hypertension, si elle n'est pas maîtrisée, peut accélérer l'évolution naturelle d'une maladie rénale sous-jacente.
  • Si vous êtes atteint de diabète, assurez-vous qu'il est bien contrôlé. De plus en plus de personnes atteintes d'une maladie rénale sont des diabétiques.
  • Soyez très prudent à l'endroit des médicaments sans ordonnance, surtout les analgésiques. Avant de prendre tout médicament en vente libre, il est sage de consulter un médecin ou un pharmacien. Certains autres médicaments, produits toxiques, pesticides et drogues illicites  (comme l'héroïne et la cocaïne) peuvent aussi endommager les reins. Votre médecin peut vous expliquer les problèmes qui sont associés à l'usage prolongé de ces produits.

 

Le Programme de dépistage des maladies rénales (DMR)

La Fondation canadienne du rein est fière de lancer le premier programme national de dépistage ciblé de l’insuffisance rénale chronique (IRC). Le programme, désigné sous le nom de Programme de dépistage des maladies rénales (DMR), permettra à La Fondation du rein de remplir l’un de ses principaux mandats : le dépistage précoce et la prévention de l’insuffisance rénale chronique.).   Pour en savoir plus sur ce programme de dépistage...

 

 

 

Division du Québec - 2300, boul. René Lévesque ouest, Montréal, QC H3H 2R5 - Tél. : (514) 938-4515 / 1-800-565-4515 au Québec
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance : 107567398RR0001