La chirurgie et le suivi

Dans le cas d’un don vivant, l’opération peut s’effectuer de deux façons : il peut s’agir d’une chirurgie ouverte traditionnelle ou on peut avoir recours à une laparoscopie, une technique nouvelle offerte dans certains centres de transplantation.  L’équipe de santé discutera avec le donneur potentiel des avantages et des risques liés aux deux types d’intervention ainsi que du suivi.  L’opération qui consiste à prélever un rein s’appelle une néphrectomie.  Ce terme vient du mot grec qui signifie littéralement « retrait d’un rein ».

Néphrectomie ouverte traditionnelle.  Cette opération prend environ deux à trois heures et le séjour à l’hôpital est de quatre à six jours.  Il faut compter de six à douze semaines pour une récupération complète, mais le donneur pourra reprendre ses activités professionnelles au bout de quatre à six semaines s’il s’agit d’un travail assez sédentaire dans le cadre duquel il n’a pas besoin de  soulever des objets lourds ou d’effectuer des tâches physiques exigeantes.

Néphrectomie par laparoscopie.   Ce type d’opération, qui nécessite seulement de minuscules incisions, dure environ de trois à quatre heures et le donneur peut quitter l’hôpital après trois ou quatre jours.  Il peut retourner au travail et reprendre ses activités quotidiennes au bout de trois à quatre semaines, mais si le travail implique qu’il faut soulever des objets lourds, la convalescence peut être prolongée.  Une néphrectomie par laparoscopie offre plusieurs avantages : petite incision, moins de douleurs et de cicatrices, séjour à l’hôpital plus court et récupération plus rapide.

Suivi médical.  Le donneur voit le chirurgien pour une consultation de suivi deux semaines après l’opération et le reste de l’équipe de santé (néphrologue, infirmière, travailleur social, etc.) de six à neuf semaines plus tard.  Une analyse sanguine et une analyse d’urine seront effectuées pour s’assurer que le rein conservé par le donneur continue à bien fonctionner.

Tous les donneurs doivent faire l’objet d’un suivi annuel, notamment pour la pression artérielle et des analyses de sang et d’urine.  Cet examen annuel peut être effectué par le médecin de famille du donneur ou le centre de transplantation.  Les donneurs doivent en outre adopter un mode de vie sain et conserver un poids-santé.

Quelques précautions d’ordre général.  Les donneurs doivent éviter les sports de contact très physiques (comme le football et le hockey) susceptibles d’endommager le rein qui leur reste.  Il est conseillé d’attendre au moins six mois après l’opération avant d’envisager une grossesse.  Le donneur devrait continuer à subir chaque année un examen de santé incluant des analyses de sang et d’urine.

 

 

Division du Québec - 2300, boul. René Lévesque ouest, Montréal, QC H3H 2R5 - Tél. : (514) 938-4515 / 1-800-565-4515 au Québec
Numéro d'enregistrement d'organisme de bienfaisance : 107567398RR0001